Christine Brunet a lu « Une pie dans le ciel de Saïgon » de Gauthier Hiernaux

Une PieUne pie dans le ciel de Saïgon… Septième livre paru aux Editions Chloé des Lys. Il ne fait pas partie de la saga « Grandeur et décadence de la Nouvelle Ere » mais, comme « Lucioles » et « Tribu silencieuse » avant lui, il se présente comme une nouvelle rapide et bien balancée.

 

Retour aux Etats-Unis… Vous vous souvenez peut-être, « Lucioles » s’y déroulait déjà.Mais cette fois, on nous fait remonter le temps. La guerre du Vietnam, la mafia omniprésente aux States à cette période, Saïgon… Drôle de mélange, me direz-vous : quel rapport ? 

 

Gauthier Hiernaux nous propulse dans la peau d’un trouffion, un dénommé… ( ben difficile encore de vous donner un nom puisqu’il a perdu la mémoire !) qui tente de survivre à une blessure gravissime dans un hôpital militaire de Saïgon. A ses côtés, d’autres blessés, certains mourants dont un certain Angelo grièvement brûlé et emputé des deux jambes et de ses yeux, un inconditionnel de musique. Au détour d’une conversation, celui-ci lui raconte une histoire de truand surnommé La Gazza (La pie)… une histoire de tueur et de vengeance… Pourquoi ?

 

Vous commencez à comprendre le sens du titre ?

 

Qui est celui que tous appellent Private… pour ne pas l’affubler, je suppose, du doux nom de John Doe ? Il cherche, fouille sa mémoire désormais vierge, sans succès, jusqu’à ce qu’il tombe sur une photo, une Viêt installée dans la jeep d’un gradé… Une photo qu’il gardait précieusement dans son porte-feuille. Quel lien avec lui ? 

 

Voilà que Private sort de l’hosto pour tenter de répondre à ces questions… Que va-t-il découvrir? 

 

Gauthier nous propose ici un court polar, bien ficelé, bien rythmé, dans le style des années 50/60. Un choix judicieux pour le décorum, pour des mots qui collent à l’univers dans lequel il nous plonge jusqu’au final, théâtral, très cinématographique. Quatre-vingt trois pages de « quasi dialogue » avec de courtes séquences descriptives qui construisent l’ambiance.

 

Voilà un texte efficace et agréable qui mérite de s’y attarder. Un excellent moment de lecture, sans doute trop court à mon goût. A quand le prochain roman, Gauthier ?

 

Christine brunet

http://www.aloys.me/

Publicités
Cet article, publié dans Vous avez dit..., est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Christine Brunet a lu « Une pie dans le ciel de Saïgon » de Gauthier Hiernaux

  1. Marianne Ledent dit :

    Ce commentaire de Christine Brunet me donne vraiment envie de commencer le livre que j’ai acheté mais pas encore lu !!!
    Déjà Bravo à toi Gauthier pour ta production prolifique !!! Et surtout continue !!!
    Bien amicalement !
    Marianne

  2. Merci ppour cet adorable commentaire, Marianne! Grosses bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s