Mon école est un jardin – Michel Hiernaux

Cover_Histoires copieL’enseignement est gratuit, c’est du moins ce qu’on disait, à l’époque, mais pour faire un potage avec un brouet, il a toujours fallu dans les écoles ajouter des poireaux aux navets. On devait donc faire des « figues avec des excréments de félins » quoique l’expression patoisante soit un peu plus réaliste.
Dans mon école, dont le slogan disait poétiquement qu’elle était un jardin, ce qui était la stricte vérité, on ouvrait annuellement les portes au public dans une opération éponyme. Les buts étaient de montrer aux enfants des villes que les fraises ne poussent pas dans les barquettes, de les inviter à venir dans notre école dès septembre pour apprendre le métier et…last but not least à remplir des « caisses noires » pour …faire ces fameuses figues sans l’aide des chats (voir plus haut).
Bien sûr, il y avait la visite des plantes exotiques, la visite des maraîchères, la visite des fruitiers, la visite du bar à Trappistes, mais ce qui attirait particulièrement les visiteurs, badauds, chalands ou parents d’élèves, c’était la Tombola des Fleurs.
Faut dire qu’une tombola pareille, c’était pas la loterie nationale qui l’avait inventée, ici, tout le monde gagnait avec chaque billet.

Il faisait torride ce W.E d’Ascension, la tombola avait lieu dans les serres, dans les serres, il fait chaud, quand on a chaud, on a soif, quand on a soif, on boit. Nous appliquions donc à la lettre avec sans conteste une polysémie différente  du verbe la chanson « siffler en travaillant ». Mon collègue et moi, tous deux d’une ardeur et d’une opiniâtreté à toute épreuve emballions sans relâche bégonias et asters, – tu nous apportes deux Saint-Feuillen, géraniums et tagètes- tu n’oublies pas les Leffe.
Nous étions pleins de bonne volonté, mais notre spécialité professorale n’avait rien à voir avec la spécificité de l’art horticole si bien que les questions pointues des visiteurs – gagnants me laissaient un peu pantois comme si un gars qui venait de gagner un poisson rouge s’inquiétait auprès de l’animalier de savoir quand il fallait mettre la deuxième couche.

« Monsieur, les primevères, pourquoi c’est jamais vert ?

« Tu sais pourquoi les primevères, c’est pas vert, toi? D’abord, c’est lesquelles, 

« Monsieur, vers où se tournent les tournesols quand il y a des nuages …ou la nuit ?

« Tu sais à quelle heure les tournesols vont se pieuter, toi ? –tu nous remets deux Grimbergen, très froides.

J’ai cru qu’on allait me demander comment on faisait pour éviter que les plantes grasses aient du cholestérol.

Le soleil oserais-je un néologisme, « zénithait », les stocks fleuris diminuaient. Dans son désir de contenter tous les gagnants de la tombola, mon collègue de bonne foi, faillit céder la paire de chaussures neuves que ma femme venait de m’apporter pour soulager mes pieds trop sollicités.

« On en reprend deux, mais plus fraîches que les autres, cette fois.

« Monsieur, vous voulez me mettre quatre fleurs comme ça, c’est bien joli, qu’est-ce que c’est ? »

Par chance, je l’avais retenu. Très fier, je réponds

« Ce sont des fuchsias, Madame » 

« Et, je mets ça à l’intérieur ou je mets ça en pleine terre ?

Alors là, je ne sais pas pourquoi ou alors quand même un peu, je me suis entendu  lui répondre.

« Tu fuchsia à l’intérieur, tu fuchsia en pleine terre, tu fuchsia absolument où tu veux.

Je n’ai pas ajouté « je m’en fous » je le jure, mais cette brave dame est partie interloquée que les professeurs soient si familiers avec des inconnus ou alors elle a trouvé ça sympathique.
L’année suivante, on a encore fait la tombola, il pleuvait, il ne faisait pas chaud, on a bu du café, mais on s’est quand même beaucoup moins amusés.

 

Ce texte est issu du recueil d’ « historiettes » de mon papa, Michel, qui est sorti cette année aux éditions Chloé des Lys. Drôles et poignantes, elles racontent, en moins de cent pages, les souvenirs d’un homme qui a été enfant, papa, puis papy.  
Plus d’infos sur cette page.   

Publicités
Cet article, publié dans Texts, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mon école est un jardin – Michel Hiernaux

  1. Déjà rien que le titre est attrayant … et fait rêver…
    Je lirais cela bien volontiers !

  2. Pâques dit :

    Je me suis bien amusée en lisant cet extrait 🙂

  3. Beaucoup apprécié cet extrait, plein de drôlerie et de poésie. Bravo.

  4. Bérengère De Cock dit :

    Bonjour,
    Je suis une collègue, comment fait-on pour l’obtenir ?
    Bérengère De Cock

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s