Impressions de lecture…

Ayant récupéré mes droits d’administrateur de mon ancien blog, je suis retombé sur des impressions de mes lecteurs de la première heure. Toutes celles-ci concernent mon premier roman, Le Rêve de Maximilien, sorti chez Chloé des Lys en 2007.

Gauthier HiernauxJ’ai parfois envie de noter quelques paragraphes délicieux par la tournure et par la fluidité. Je n’ai pas le droit à paresser le long des pages : recours au dico (et oui !), des personnages, des noms de mois, des lieux Je me demande parfois s’il n’y a pas de jeux de mots Tu as intérêt à finir le deuxième tome sinon …
Commentaire par Laurent Bienfet — 24 mai 2007 #

J’ai beaucoup aimé l’effet « Elephant » dans les passages que j’ai lus (as-tu vu ce film de Gus Van Sant, qui consiste à voir la même scène plusieurs fois mais chaque fois sous un angle différent, en fonction du regard d’un personnage?) Tu as repris cette technique (que je n’avais jamais vue en littérature) avec beaucoup de bonheur, pour la scène où Jedro voit Larsen dans un bar et le suit dans la rue – première rencontre d’ailleurs entre les 2 héros. Quand j’étais à Rome, j’ai pensé à ton roman, lorsque j’ai découvert le mot « sigisbée » – tiré du guide vert sur Rome – qui signifie « chevalier servant, compagnon empressé et galant » selon Le Robert. Le connaissais-tu ? Il m’a fait penser à Larsen quand, au début du roman, pour survivre, il accompagne de gentes dames (parfois un peu trop loin, pour la Signora Venturini !!!) Commentaire par Christophe Pasquet — 24 mai 2007

(…) j’ai eu très difficile à accrocher à la lecture du prologue, vu le style et le genre que j’ai eu peine à définir. Mais après quelques pages, j’ai été accro. J’apprécie le vocabulaire d’une précision et d’une recherche exceptionnelle et, par dessus tout, ce qui me perturbait au début, le mélange de monde moderne, de chevalerie, de monde étrange, de littérature fantastique et parfois teinté d’un peu de mysticisme. J’apprécie parfois un peu moins, le passage d’un personnage à un autre et dont j’ignore la raison, mais cela fait certainement partie du suspense et la raison viendra ensuite. En tout cas, j’attends la suite avec impatience!
Commentaire par Philippe Hannotiau — 24 mai 2007 

Ce qui rend ce livre passionnant dès les premières pages (bien que je ne m’en sois pas aperçu tout de suite), c’est le prologue qui est en fait la fin de l’histoire : on a vraiment envie de découvrir comment on en est arrivé là, qui se cache derrière le masque du faucon, ou encore la manière dont les différents intervenants se retrouveront impliqués, individuellement ou ensemble, dans ce dénouement. Mais l’aspect qui m’a en fin de compte le plus attiré c’est bien l’évolution/révolution de notre civilisation humaine : dieux multiples mais ordre et empereur uniques ; retour à l’Inquisition et époque romaine en terme d’indépendance, de liberté, d’armement ; enfin, réorganisation géographique (où, d’un côté, on regrette l’absence de carte – bien que ce site, depuis, aide pas mal – mais de l’autre, on développe son imagination tout en lisant…). Et pour que le sentiment « l’Histoire se répète » perdure, on devine un parallèle entre Saon et le Christ : départ solitaire dans le désert, et promesse d’une nouvelle évolution spirituelle qui entraînera, rebelote, un nouveau mode de civilisation? Enfin, en tant que grand amateur de cinéma, je ne peux pas m’empêcher de retrouver un savoureux mélange de genres : – la méthode Robert Altman, pour les personnages indépendants, présentés un à un, sans lien apparent, qui vont connaître des destins croisés, ce qui est de plus en plus apparent au cours du récit, – le côté “anachroniste” de Star Wars (en plus léger, mais bien présent : pas d’armes à feu mais bien des rames de métro, moines et chevaliers à tous les coins de rue, c’est le retour du Jedi…), – l’effet « Elephant », ou encore « Pulp Fiction », on voit la même scène sous différents angles, – et j’en passe… Vivement la suite ! Commentaire par Thomas Dekleermaeker — 25 mai 2007

“Super chouette méga top bouquin d’la mort qui tue! Ca m’kiff’ grav’, mec! J’tout lu en 4h45 chrono, grav’! ” C’est bon, ça comme critique? Non, sans rire, super histoire. Quelques tournures de phrases problématique (dire “homme” en parlant de l’impératrice-mère, notamment, ça le fait Théâtre Varia, mais pas littérature…) mais rien de grave, juste histoire de me donner l’occasion de critiquer. J’ai eu un peu de mal à démarrer, le temps que le décor soit posé, mais après 40 pages, je n’ai plus décollé! Au fil des pages, on se prend au jeu d’esquisser des raccords entre les histoires, mais sont-ce les bons? Le tome 2 nous le dira… Donc, à quand le n°2??? NB: Je n’ai pas le numéro de téléphone de Spielberg, désolé…
Commentaire par Vincent Thieren — 31 mai 2007 

 Tu sais que ce que j’aime chez toi, c’est ton sens du récit, ton art de savoir raconter, de récupérer au croisement de deux rues un des personnages que l’on croyait évaporé. Ce sont aussi de belles descriptions et souvent une intéressante analyse de l’âme humaine.
Commentaire par Michel Hiernaux — 12 juin 2007 

Je viens de terminer ton bouquin… J’ai adoré… très très chouette ! Dans l’esprit, il fait très « Alvin le faiseur » d’Orson Scott Card que j’ai beaucoup aimer (personnellement pas très … « bienvenue à gattaca »… :o) ). L’intrigue est vraiment très prenante et on a envie d’en savoir plus… ce qui, pour moi, est signe d’une belle réussite. Franchement, c’est très pro ! Vivement la suite ! Je me demande si on tombera sur une référence au passé du style… découverte d’une canette de coca-cola, que l’ancien Dieu n’est autre que l’ancien président américain George BUSH, … Allez ! Bonne continuation ! Hey ! Ils vont en faire quoi de Larsen… en faire un barbecue ??
Commentaire de Richard Cop 20 décembre 2007 

Ca y est, je l’ai fini, que dire de ce roman (faut savoir que je suis loin d’être critique littéraire) ? J’ai vraiment bien aimé. Je pense que d’autres l’ont déjà dit mais j’ai eu un peu de mal au début (30 premières pages). Heureusement, je me suis “accroché”. J’avoue qu’à la base, les romans, ce n’est pas trop mon taf non plus (pour reprendre l’expression de JF. L.). Je suis évidemment déçu par la fin, pourquoi ? Et bien tout simplement parce que je dois attendre le prochain tome pour connaître la suite des évènements. C’est dur, ça se termine juste au moment où Voltine… euh non, je ne vais pas vous raconter la fin du premier tome. Bref, je veux connaître la suite (si l’auteur à un réseau Wi-fi chez lui, je suis prêt à aller le “hacker” pour pouvoir accéder à son disque dur). Ce roman tombait à pic, car je venais d’emménager dans une petite ville de province lorsque je l’ai reçu (euh… acheté). Travaillant dans la capitale, j’ai décidé que je viendrais tous les matins en train. J’avais donc chaque jour 35 minutes (et oui, je ne le lisais qu’au retour) pour le lire. Je dois dire que j’avais du mal à m’arrêter arrivé à la gare et je suis bien triste de l’avoir fini car maintenant je n’ai plus rien à lire à part le métro. Enfin, vivement la suite que je puisse voir ce qui arrive aux différents protagonistes, je dois bien avouer qu’au fil des pages, je me suis “attaché” à certains d’entre eux.
Commentaire de Greg Tshiala de Wouters d’Oplinter 26 juin 2007.

Publicités
Cet article a été publié dans Vous avez dit.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s