Un commentaire qui a du coeur

Voici un commentaire qu’un excellent ami m’a fait parvenir.
Je ne résiste pas à l’envie de le partager avec vous.
Merci Eric!
Gauthier
 

Le rêve de Maximilien

Après un premier chapitre plein d’action où on se demande si on n’est pas en pleine science-fiction, et qui jette le suspens jusqu’à la fin, c’est-à-dire la dernière page du second tome, un univers complet se construit au fil des pages.
Cet univers est sans réelle référence de date, de culture et de système par rapport à ceux que l’on connait. Il mélange à la fois des éléments que l’on pourrait s’imaginer du futur et des autres que l’on croirait du passé mais tout s’imbrique très bien. On sent que cet univers a été construit avec rigueur et est décrit avec détail, ce qui nous permet de plonger dedans sans aucun problème.
Les différents personnages, pas trop nombreux mais qui forment déjà un bon nombre, vivent grâce à la plume de l’auteur et ont réellement une âme, une personnalité, bien dans leur époque….sans époque pour nous.
Si le premier chapitre est soutenu, la première moitié du livre est un peu plus lente et descriptive, le temps de mettre justement cet univers et les personnages en place.
Le style est vivant et recherché avec des néologismes non creux, et sans tomber dans le travers d’une intellectualisation telle qu’on aurait du mal à comprendre.
Bref, ce n’est pas un roman de plage que l’on peut lire tout en écoutant son MPG3, en reluquant les belles gazelles et en parlant à sa voisine, ce n’est pas non plus du Salman Rushdie où, même avec un dictionnaire et internet, il est difficile de comprendre la première phrase.
Au fil des chapitres, on se prend vraiment au jeu de ce nouveau monde et on est de plus en plus curieux de connaître la suite de l’histoire.
Evidemment, il faut aimer ce style d’histoire, qui justement n’est pas dans notre monde à nous, ce qui n’était d’ailleurs pas au départ mon cas. Cela m’a pas empêché d’apprécier et d’aimer celle-ci. Comme quoi il ne faut jamais dire « fontaine je ne boirai pas de ton eau ».
C’est donc avec une certaine frustration que j’ai fermé le premier tome, sans avoir le 2ème, que je dû attendre un temps certain avant de pouvoir enfin continuer l’histoire.

Le Livre de Saon

C’est avec une petite appréhension que je commençai la lecture de ce second tome, car pour différentes raisons, ce fut environ deux ans après avoir terminé le premier.
Et comme il y avait assez bien de personnage et que l’histoire était assez dense, allais-je m’y retrouver ? En fait, je rentre directement dans l’histoire et je dévore littéralement celle-ci.
Tout en étant dans la parfaite lignée du premier tome, je trouve que le second a un rythme beaucoup plus soutenu et a plus de suspense. Je suis en haleine pendant toute l’histoire et suis à chaque fois curieux de lire le chapitre suivant. Sinon les qualités du premier se retrouvent, évidemment, dans le second ouvrage et l’explication du premier chapitre du premier tome me contente parfaitement.
La fin me laisse malgré tout un goût de trop peu, j’ai envie d’enchaîner sur la suite, serait-ce le deuxième tome et non pas le second ? Ce qui veut donc dire que je serais volontaire pour lire un troisième opus, bref j’ai aimé les deux premiers.

Le Triangle sous le sable

Tout en étant dans le même univers que les deux premiers livres, nous sommes à une autre époque et il n’y a pas véritablement de relation avec ceux-ci.
Très vite, le suspens titille ma curiosité et je me trouve aussi très vite plongé dans l’histoire et dans les différents personnages.
Ceux-ci ont moins de profondeur que dans « le Rêve de Maximilien », sans du tout être superficiellement décrits, mais sont aussi plus truculents.
Il est jouissif de découvrir ce qui va leur arriver et la manière dont ils vivent. Evidemment, c’est le but, je me demande quel est ce secret dans cette mystérieuse pyramide. Ce n’est heureusement pas le seul moteur qui me fait tourner les pages. Il se passe beaucoup de choses et je suis chaque fois curieux de voir ce qu’il va se passer pour les différents personnages. Le Volko-Mir et ses protectrices ajoutent un côté mythologique, voire un peu érotique, avec une île peuplée uniquement de femmes. Mais, pour finir, on comprend qu’on peut rester les pieds sur terre et qu’il ne faut pas croire aux puissances divines pour être en accord avec cette histoire.
J’ai donc lu ce livre avec beaucoup de plaisir et aussi de célérité mais encore une fois, je reste sur ma faim.
Nondidju, c’est quoi dans cette pyramide ?

Eric Ransbotyn, 40 ans, Expert IARD

Publicités
Cet article a été publié dans Vous avez dit.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un commentaire qui a du coeur

  1. Un livre magique qui vous envoûte dès le départ !

    Merci Gauthier !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s